Visitez le Fort de Bellegarde

 

Pour tout renseignement

appeler

Le Point Info

04 68 54 27 53

 Les commerces sont ouverts

7 jours sur 7

 

 

 

Le prieuré Sainte Marie de Panissars

Le monument de Pompée tomba peu à peu dans l’oubli jusqu’à ce que les moines Bénédictins de l’Abbaye d’Arles sur Tech prirent possession des lieux.
Construite autour de l’an 1000 (consécration en 1011). L’église demeure dans une tradition d’époque préromane Sa situation géographique privilégiée au sommet du col et en bordure de l’ancienne Via Domitia toujours utilisée, lui confère une fonction hospitalière d’accueil de pèlerins
Son plan est celui d’une église à trois nefs, plus étirée dans le sens Nord-Sud. Son abside a été aménagée en partie contre le parement oriental du soubassement romain, réalisant de fait un schéma traditionnel de type carolingien caractérisé par un niveau inférieur ou pseudo crypte (à 1.30m sous le niveau de la nef) et un niveau supérieur. Le chœur est situé à 1.40m au-dessus du niveau de la nef. Son plan est semi-circulaire, légèrement en fer à cheval. La nef était certainement charpentée comme permet de le penser le départ au sol sur les trois faces N,O et S de pilastres constitués de blocs de grès romains utilisés en remploi. La couverture probablement construite en bâtière pourrait avoir été aménagée sur les deux côtés Nord et Sud, soit selon une pente unique, soit en deux pans distincts marquant le passage de la nef centrale aux nefs latérales. Les dimensions de l’édifice hors œuvre sont de 15.80 X 13.40m.
L’église devenue prieuré, voit son domaine s’étendre grâce à de nombreuses donations parmi lesquelles celles des seigneurs de la Clusa et des vicomtes de Rocabertí. Pour une raison inconnue le prieuré est rattaché à la fin du XI° siècle au monastère de Sainte Marie de Ripoll, situation confirmée par une bulle du Pape Urbain II en 1.097.Au XIII°s le déplacement de la limite entre les comtés de Roussillon et d’Empúries-Perelada, de la Clusa au col de Panissars, expose le prieuré en première ligne des conflits à venir.
En 1659 la frontière du traité des Pyrénées le coupe en deux et oblige la communauté des clercs à migrer vers d’autres lieux. Le prieuré est détruit et sert de carrière pour la construction du Fort de Bellegarde. Au cours du XVIII siècle , il est reconstruit à un kilomètre environ à l’ouest du site initial, sur le col du Priorat.